retour

Une Marseillaise contre-révolutionnaire

Arbois | Jura | Archives départementales du Jura | 1782
Époque contemporaine | Révolution française

© AD Jura, 2L68.

Cette chanson sur « l’air des Marseillais » figure au sein d’un recueil d’autres textes et chansons d’inspiration royaliste ou contre-révolutionnaire extrait des minutes du tribunal de district d’Arbois. Son auteur serait Étienne Gorneau, un jeune homme de vingt ans condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire de Paris le 14 frimaire an II (3 décembre 1793). Le succès de cette version détournée de « La Marseillaise » de Rouget de Lisle est d’autant plus assuré qu’augmente la popularité de la version originale au sein des milieux révolutionnaires. Copiée, recopiée, imprimée, élevée au rang d’hymne royaliste ou contre-révolutionnaire, cette chanson de propagande se diffuse jusqu’en province, notamment dans le Jura où persiste une forte agitation royaliste menée par des prêtres réfractaires en écho à l’insurrection vendéenne. Il n’est donc pas étonnant d’en voir le texte figurer parmi les pièces à conviction saisies lors des perquisitions menées chez les individus soupçonnés de sympathie pour les idées contre-révolutionnaires.

En savoir plus

Cette « Marseillaise royaliste », est composée de huit couplets, soit deux de plus que la version originale, et se termine par une « invocation à Saint-Louis ». Elle a très vraisemblablement été composée dans le dernier tiers de  1792 à un moment où le roi est encore détenu dans la prison du Temple, détention dont il est fait mention aux couplets 7 et 8. Le ton de l’ensemble est révélateur de la grande violence qui s’est installée dans les rapports politiques. Les deux premiers vers, « Le jour de deuil pour la patrie, le jour de honte est arrivé » sont directement le négatif du « Chant de guerre de l’armée du Rhin » de Rouget de Lisle . Les vers suivants promettent meurtres, pillages et assassinats lorsque « un noble sang vengera les Bourbons » des « factieux citoyens » et des crimes qui leur sont imputés. Ce texte vengeur, au ton extrêmement réactionnaire, voire archaïque lorsqu’il appelle à plusieurs reprises « aux armes, chevaliers », est également une déploration qui se termine par une « Invocation à Saint-Louis », la figure tutélaire de la monarchie française. Ce qui pourrait apparaître comme anecdotique, l’appel aux chevaliers, l’invocation à Saint-Louis, est en réalité extrêmement révélateur dans la mesure où ces formules montrent les références archaïques, médiévales, de ces contre-révolutionnaires qui, dès 1789, n’avaient rien compris aux aspirations des révolutionnaires et qui, entre 1790 et 1794 n’ont rien appris et restent arrimés à leurs références anciennes.

Contexte

Gouverner à l'époque révolutionnaire

En 1792, Robespierre est bien seul à affirmer que « la plus extravagante idée qui puisse naître dans la tête d'un politique est de croire qu'il suffise à un peuple d'entrer à main armée chez un peuple étranger pour lui faire adopter ses lois ; personne n'aime les missionnaires armés ». Il faut dire que, depuis 1789, dans les régions de langue française (Belgique, Suisse romande, Savoie, comté de Nice), certains appellent à l'aide. Ils souhaitent être annexés par la France pour se libérer. Comme la Prusse et l'Autriche menacent la France, l'Assemblée vote massivement en faveur de la guerre. Les patriotes veulent sauver leur Révolution et, pourquoi pas, l'exporter. Le 20 avril 1792, la guerre est déclarée. L'enthousiasme patriotique est immense, symbolisé par le succès de La Marseillaise. Pourtant, les premiers revers dévoilent la faiblesse de l'armée française. Toutefois, la situation se redresse et aboutit aux grands succès de l'automne 1792. Le 10 août, une insurrection provoque la chute de la monarchie. Elle est abolie le 21 septembre. La République est fondée au lendemain de la victoire de Valmy (20 septembre). Débute alors une guerre de conquête. La Convention proclame : « la nation française accorde fraternité et secours à tous les peuples qui voudront recouvrer la liberté. » En quelques mois, le drapeau tricolore flotte en Belgique, à Nice, en Savoie et jusqu'à Francfort, Spire ou Mayence. L'idée des frontières naturelles de la France s'impose : « [...] du côté du Rhin, du côté de l'Océan, du côté des Alpes. Là doivent finir les bornes de notre République » affirme Danton. En 1793, la France fait face à une coalition qui s'élargit, avec notamment le Royaume-Uni. Après de nouveaux revers, l'offensive reprend à l'automne 1793. Une levée en masse a été décrétée, un gouvernement de salut public est mis en place. En 1795, la victoire française est acquise, la rive gauche du Rhin et la Hollande sont occupées. Les régions annexées s'organisent, comme le reste de la République, en départements.

close

Abonnez-vous à notre lettre d'information !

et restez informé(e) de l'actualité du site

retour