retour

Un extrait de “La cosmographie universelle”

Dole | Jura | Médiathèque de Dole | 1575
Époque moderne | Le temps des rois

© Archives de Dole

Un extrait de "La cosmographie universelle"

En 1575, André Thevet rédige une cosmographie universelle qui a pour but de présenter au roi de France l’ensemble des territoires connus. L’ouvrage présente pour chaque région du monde une carte, avec les toponymes, les villes, les fleuves. Mais la carte n’est pas l’élément essentiel : elle est accompagnée de longs textes descriptifs et de planches illustrées. André Thevet montre par exemple un toucan dans son environnement naturel avec des détails précis et justes sur son alimentation ou son mode de vie. André Thevet explique comment les « sauvages » vivent avec les oiseaux qui les entourent. On sait qu’il a participé à des voyages d’exploration, notamment au Brésil. On peut donc faire confiance à son récit concernant ces territoires. Cependant, il n’a certainement pas parcouru l’ensemble du globe. Son ouvrage souffre donc de nombreuses imprécisions ou d’erreurs manifestes. Le travail de cosmographe consiste en une compilation de récits de voyages, une synthèse d’ouvrages déjà existants.

En savoir plus

Au XVI siècle, les cosmographes sont des érudits qui tentent de rassembler dans un seul ouvrage l’ensemble des connaissances géographiques. Au XVI ème siècle le monde n’est pas connu dans sa totalité. Les Européens ont conquis une partie de l’Amérique et de l’Asie, mais essentiellement les bords de mers. Il s’agit de présenter les peuples autochtones, les ressources naturelles, la végétation, les animaux. Il s’agit de dresser un récit de voyage, une typologie scientifique. Mais il s’agit aussi de recenser l’ensemble des richesses exploitables par les monarchies afin de renforcer leur puissance. La lecture des cartes présentes dans l’ouvrage résume parfaitement la volonté de l’auteur d’être précis et juste, mais sans en avoir réellement les moyens techniques. Ainsi, on observe plusieurs échelles afin de mesurer les distances, mais le dessin en lui-même est trop imprécis pour que l’on puisse mesurer quoique que ce soit. Les méridiens et longitudes sont représentés mais la légende manque, les pictogrammes ne sont pas unifiés et il n’existe pas de codes précis. Chaque ville est dessinée différemment au lieu d’être toutes symbolisées de façon identique. La hiérarchie des villes est impossible à deviner. André Thevet est un auteur que l’on peut associer à Mercator ou Ortélius, les cosmographes de cette époque. Ils compilent dans leurs ouvrages, des observations, des témoignages, parfois de vrais relevés de terrains. Mais ils reprennent aussi des documents plus anciens, allant jusqu’aux cartes de Ptolémée, recopiées et modifiées au fur et à mesure des versions.

Contexte

À la découverte du monde... 

Sans les progrès hérités du Moyen Âge comme la boussole, les navigateurs n'auraient pu traverser l'Atlantique. Conjugués à l'évolution des techniques de navigation que symbolisent les caravelles, on assiste alors à ce qu'on a nommé les Grandes Découvertes. Les motivations politiques et religieuses n'en sont pas absentes. Henri le Navigateur, au début du XV ème siècle pour le Portugal, peut être considéré comme l'initiateur de ce mouvement d'ouverture sur le monde. Ce sont d'abord les côtes africaines qui sont explorées à partir de 1415 par ceux qu'on appelle les conquistadors. Il faut attendre 1489 pour que le cap de Bonne-Espérance soit franchi. Trois ans plus tard, Christophe Colomb atteint une île des Caraïbes, alors qu'il pense être arrivé aux Indes. En 1497, Amerigo Vespucci atteint le continent. C'est à Saint-Dié que paraît pour la première fois en 1507 un ouvrage où son prénom sert à désigner cette nouvelle terre découverte. L'Europe se retrouve alors au centre d'un commerce mondial. L'or, l'argent et les épices affluent.  

Les certitudes des Européens sont ébranlées par la découverte de populations inconnues jusqu’alors. Au contact de ces cultures nouvelles, l’Europe cherche à les évangéliser. Soumis au travail forcé ou victimes de maladies jusqu'alors inconnues dans cette partie du monde, les Indiens d'Amérique sont décimés. En un siècle, c'est près de 80 % des Amérindiens qui disparaissent. Bartolomé de Las Casas, un religieux, condamne les exactions dont ils sont victimes. La mise en place de la traite des Noirs et du commerce triangulaire sert à pallier le manque de main-d'œuvre. Les puissances comme le Portugal ou l'Espagne se taillent de vastes empires coloniaux dans ces nouveaux territoires.   

1492 demeure une date symbolique, considérée comme synonyme des débuts de l'époque moderne. Aujourd'hui pourtant, beaucoup d'historiens remettent en cause la validité de cette coupure chronologique.

Complément(s)

Autre(s) ressource(s)

Couverture de “La cosmographie universelle”

 

L’Amérique du Sud vue par “La cosmographie universelle”

 

close

Abonnez-vous à notre lettre d'information !

et restez informé(e) de l'actualité du site

retour