retour

Page enluminée des Chroniques de Froissart

Besançon | Doubs | Bibliothèque d'étude et de conservation | 1412
Moyen Âge

Page enluminée des Chroniques de Froissart
© Bibliothèque d'Etude et de Conservation, Besançon, et Colin Dunn (Scriptura Ltd), courtesy of Professor Peter Ainsworth, The University of Sheffield

Raconter la guerre

Il s’agit de la page de présentation enluminée du livre de Jean Froissart intitulé Chroniques. Le mot enluminure vient d’un mot latin qui signifie éclairer. Il s’agit d’une illustration en couleurs qui orne un manuscrit ancien. On ici quatre vignettes, mais on peut mettre à part celle située en haut à gauche qui n’est pas contemporaine des événements évoqués par les trois autres. Dans cette image, un roi d’Angleterre reçoit des mains de Froissart le livre d’histoire dont les miniatures suivantes illustrent quelques épisodes. On peut relever que derrière le trône se tiennent des conseillers du roi. Les images suivantes s’intéressent à des événements de l’année 1325.
Jean Froissart est né à Valenciennes dans le comté de Hainaut en 1337. Témoin de ce qu’on appellera plus tard la guerre de Cent ans, il décide de garder en mémoire cette époque qui oppose les rois de France et d’Angleterre. Tout en voyageant, il raconte les événements de son temps puis les réunit dans une série de quatre livres, les Chroniques.

En savoir plus

Décrypter le sens des images

Dans l’image du haut à droite, Charles IV de France est accompagné de courtisans et il accueille à sa cour Isabelle sa sœur. Elle porte une robe composée des armoiries de France et d’Angleterre puisqu’elle est l’épouse du roi anglais Edouard II. Le petit personnage au premier plan est le neveu de Charles IV, à savoir le futur Edouard III. Le jeune prince tient son chaperon d’une main et lève l’autre pour saluer son oncle. En bas à gauche, la reine Isabelle et le prince Edouard en chaperon rouge accompagnés des soldats de leur corps expéditionnaire accostent en 1325 devant une ville fortifiée.
Dans l’image située en bas à droite, la reine d’Angleterre et son armée mettent le siège devant la ville de Bristol, où s’est réfugié son époux Edouard II avec ses conseillers. Isabelle d’Angleterre cherche à se débarrasser de son mari.
Les chroniques de Jean Froissart sont copiées par différents artisans et vendues dans toute l’Europe. Au début du XV eme siècle, des libraires parisiens, dont Pierre de Lifol, produisent un nombre assez important de manuscrits enluminés de l’œuvre de Froissart. Parmi ceux-ci un groupe de manuscrits œuvre des mêmes copistes se distingue. Ils ont été illustrés par deux artistes anonymes désormais connus sous le nom de Maitre de Giac et maitre de Boece. Quelques années seulement après sa mort, ses Chroniques connaissent donc un grand succès de librairie à la cour de France à travers plusieurs copies richement enluminées pour des seigneurs. Les enlumineurs commencent par tracer une esquisse à la mine de plomb. Ensuite, ils colorient avec des feuilles d’or de cuivre et des pigments. Les couleurs sont issues de fleurs, de graines ou de pierres broyées. Elles sont mélangées à du blanc d’œuf par exemple pour donner une pâte liquide.

Complément(s)

Image(s)

La cour du roi d'Angleterre

La cour du roi d’Angleterre. Edouard III est entouré de ses conseillers. Il est assis sur un trône. Il porte une robe écartelée de France et d’Angleterre, armoiries qu’il adopta dès son auto-proclamation comme roi de France en 1340.

Un extrait des Chroniques de Froissart

Un extrait des Chroniques de Froissart.Le texte en rouge précise “Comment le roy de France suivoit les Anglois pour les combatre. Et comment le roy anglois trouva passage sur la riviere de Somme. “. Retrouvez l’intégralité du texte sur le site de Peter Ainsworth.

 

Site(s)

Site sur Jean Froissart

Le professeur Peter Ainsworth est le spécialiste de l’oeuvre de Froissart et propose sur ce site une analyse détaillée de son oeuvre.

Visiter le site

close

Abonnez-vous à notre lettre d'information !

et restez informé(e) de l'actualité du site

retour