retour

Le travail des paysans

Besançon | Doubs | Bibliothèque d'étude et de conservation | 1540
Moyen Âge | Sociétés médiévales

Le travail des paysans
cliché CNRS-IRHT © Bibliothèque municipale de Besançon

Le travail des paysans

Ceci est une enluminure qui évoque le travail des paysans. Au premier plan, on voit le travail de labourage de la terre grâce à une charrue tirée par deux chevaux. Ils portent le collier d’épaule qui évite l’étranglement de l’animal. Derrière, à droite, un paysan sème à la volée. Il est plus difficile en revanche de voir un autre paysan qui passe une herse et qui, en brisant les mottes de la terre labourée, permet de couvrir les graines. On aperçoit la maison du paysan ainsi que la campagne. On voit dans le ciel le signe du bélier, ce qui situe l’action au mois d’avril. Il s’agit donc de semailles de printemps. On peut relever également les couleurs de cette enluminure qui donnent de la profondeur et du dynamisme à la scène représentée. Cette enluminure est associée avec d’autres pour former un calendrier appelé les Heures à l’usage de Rome. Ce document est extrait d’un livre d’Heures. Les destinataires de cet ouvrage étaient Jean d’Achey, baron de Thoraise et seigneur d’Avilley, et son épouse Marguerite. Il date de 1540 et provient de Bruxelles.

En savoir plus

Un support particulier : l’enluminure

La vie des paysans est rythmée par un calendrier précis de travaux agricoles pour lesquels ils utilisent un outillage rudimentaire comme la faux, la serpe, la houe ou le fléau. L’ensemble du livre d’Heures montre les occupations spécifiques à chaque mois et, en haut de chaque scène, le signe zodiacal qui s’y rapporte.
L’enluminure est une pratique typiquement médiévale, répandue dans tous les pays d’Europe occidentale. Il s’agit de décorer manuellement un livre manuscrit. Le mot enluminure vient du latin lumen, qui signifie lumière. Enluminer, c’est donc mettre de la lumière, c’est-à-dire de l’or – celui qui entoure la tête des saints ou du Christ et produit cette lumière divine. En effet, la majorité des enluminures ornaient des textes religieux. À partir de la fin du XVe siècle, on peut remarquer que les personnages des miniatures s’individualisent, les paysages deviennent plus réalistes. En tous les cas, posséder un manuscrit enluminé était un signe de richesse. Le livre était en effet un objet rare et au coût très élevé du fait de l’abondance des enluminures. Ceux qui les possédaient, conscients de leur valeur, les rangeaient dans un coffre avec les bourses et les tissus précieux. Les plus riches, comme les rois, les collectionnaient et les transmettaient à leurs descendants. Les communautés religieuses les rangeaient quant à elles soigneusement dans la bibliothèque. Ce livre d’Heures appartient à Marguerite d’Achey. Il ne s’agit pas de n’importe qui, puisqu’elle est un des quinze enfants de Nicolas Perrenot de Granvelle et Nicole Bonvalot. Elle est née le 16 juillet 1516. D’abord mariée avec Léonard de Grammont, elle épouse ensuite Jean d’Achey, baron de Thoraise. À Besançon, le plus ancien des manuscrits possédés par la bibliothèque municipale date du VIIe siècle, la plupart sont du XVe siècle. Parmi les trésors possédés, un manuscrit calligraphié et enluminé pour le roi de France Charles V en 1372, intitulé Traités philosophiques et moraux, ainsi que La cité de Dieu de Saint Augustin (XVe siècle), aux gravures sur bois peintes.

Contexte

Les progrès techniques Au Moyen Âge, les campagnes se transforment. Dans l'agriculture, de nombreux progrès techniques augmentent les quantités récoltées. Pour l'outillage, le fer est de plus en plus utilisé. La charrue remplace l'araire. Elle permet, grâce à son coutre, son soc en fer et son versoir, de labourer en profondeur en retournant la terre. Les techniques d'attelage s'améliorent. Le joug frontal pour les bœufs facilite les travaux des champs. Le cheval de trait, plus puissant, remplace souvent le bœuf. L'usage du collier d'épaule lui permet de tirer la charrue avec force, sans s'étrangler. L'essor de l'agriculture est lié aussi à la multiplication des moulins à eau. Les moulins à vent apparaissent au XIIe siècle. L'usage de ces forces mécaniques libère de la main-d'œuvre pour d'autres tâches. • La mise en valeur des terres et l’importance de la forêt Les terres pour les cultures sont de plus en plus séparées en trois quartiers appelés soles. Afin qu'elles ne s'appauvrissent pas à force d'être cultivées, un quartier, chaque année, est toujours laissé au repos. C'est ce qu'on appelle la jachère. Les deux autres soles sont consacrées au blé et à l'avoine par exemple. Ces cultures et la jachère tournent : un an sur trois, chaque sole est ainsi laissée en jachère. C'est l'assolement triennal qui favorise l'augmentation des rendements. L'outillage en fer facilite les défrichements. Les seigneurs favorisent les grands défrichements et l'assèchement des marais. Des ordres monastiques, comme les cisterciens, participent à cette mise en valeur des terres. Dans les zones peu habitée la colonisation rurale progresse. Les seigneurs accordent des avantages aux paysans qui s'y installent. Durant tout le Moyen Âge, la forêt reste cependant indispensable à la vie des hommes. Elle fournit du bois et des compléments pour l'alimentation des hommes et des animaux d'élevage comme les porcs. • L’essor démographique Tous ces éléments favorisent l'amélioration des conditions de vie des hommes qui sont mieux nourris. En trois siècles, de l'an 1000 à 1300, la population européenne est multipliée par trois.

Complément(s)

Image(s)

Une enluminure d'un bréviaire à l'usage de Besançon

Une enluminure d’un bréviaire à l’usage de Besançon.”Homme coupant les blés et femme liant une gerbe”, 1480, Besançon, Bibliothèque municipale

 

Une enluminure d'un livre d'Heures : scène de travail paysan

Une enluminure d’un livre d’Heures : scène de travail paysan – Extraite des “Heures à l’usage de Rome”

Une enluminure d'un livre d'Heures : scène de moisson

Une enluminure d’un livre d’Heures : scène de moisson – Extraite des “Heures à l’usage de Rome”

Une enluminure d'un livre d'Heures : scène de vendanges

Une enluminure d’un livre d’Heures : scène de vendanges – Extraite des “Heures à l’usage de Rome”

Une enluminure d'un livre d'Heures : scène d'égorgement du cochon

Une enluminure d’un livre d’Heures : scène d’égorgement du cochon. Extraite des “Heures à l’usage de Rome”, 1540, Besançon, Bibliothèque municipale

 

close

Abonnez-vous à notre lettre d'information !

et restez informé(e) de l'actualité du site

retour